Comment améliorer la qualité de l’air de son logement ?

En moyenne par jour, nous passons 20 à 22 heures dans des endroits confinés, dont 9h15 en moyenne chez soi. Si nous n’avons pas vraiment la possibilité d’agir sur la qualité de l’air des transports en commun, de notre lieu travail, etc, nous pouvons agir sur celui de notre logement. En effet, il existe de plusieurs moyens d’améliorer son air intérieur pour son bien-être et celui de ses proches.

Evaluer la qualité de son air intérieur n’est pas toujours évident, même s’il existe différents moyens (lire article Mesurer la qualité de l’air intérieur de votre logement, c’est possible). De plus, un air qui sent bon ou qui ne sent rien ne signifie pas une qualité de l’air optimisée. Voici quelques conseils et moyens à mettre en place au niveau individuel pour améliorer son air intérieur :

Les produits à éviter

Certains détergents domestiques sont puissants, mais peuvent surtout être nocifs pour la santé. Le règlement européen sur les cosmétiques (n° CE-1223/2009) a établi une liste de 26 composants à éviter (citronellol, limonène, géraniol, butylphényl méthhypropional, etc). Ces composants sont obligatoirement indiqués sur l’étiquette des produits ménagers. Si vous n’êtes pas un expert de ces différents composants, mais que vous souhaitez les éviter sans avoir à scruter chaque étiquette avant achat, vous pouvez vous référer aux détergents arborant l’Ecolabel européen ou une certification comme Ecocert.

Les produits à limiter dans leurs usages

Les bougies, les encens et les sprays sont des produits que l’on peut utiliser, mais dont l’utilisation doit rester limité. Bien qu’ils sentent bons, ils émettent des polluants volatils qui nuisent au final à la bonne qualité de l’air. Il est donc conseillé de les utiliser avec modérations et d’aérer quelques minutes après utilisation.

L’aération

C’est bien connu, aérer son logement 10 minutes par jour permet de renouveler l’air intérieur, ce qui améliore nettement sa qualité, même l’hiver.

Vous pouvez également opter pour une ventilation naturelle. Pour cela, il faut positionner deux grilles : l’une en partie haute et l’autre en partie basse du logement afin de créer un effet cheminée. L’air chaud, plus léger que l’air froid, l’aspire pour le remplacer. Cela crée un courant d’air qui permet également d’évacuer l’humidité et d’éventuelles mauvaises odeurs.

La ventilation

Il existe plusieurs sortes de systèmes de ventilation sous le nom de ventilation mécanique contrôlée (VMC) :

  • La ventilation mécanique ponctuelle, un système adapté aux rénovations

Elle fonctionne grâce à des extracteurs à ventilateurs motorisés qui extraient les polluants. Cela peut être une simple hotte électrique dans la cuisine. Dans les autres pièces, les extracteurs sont directement reliés à l’extérieur.

  • La VMC simple flux autoréglable

La VMC simple flux autoréglable promet des débits d’air constants, quelles que soient les conditions atmosphériques. Un caisson extrait en permanence l’air vicié. Les débits d’extraction sont autorégulés sur ce caisson équipé de plusieurs vitesses et pouvant être commandé par l’utilisateur à l’aide d’un commutateur.

À noter : seul problème avec ce système, les calories provenant par exemple du chauffage, sont également évacuées.

  • La VMC simple flux hygroréglable

La VMC hygroréglable a l’avantage de s’adapter en fonction de l’humidité à l’intérieur du logement. Elle diminue les débits extraits en fonction des besoins et permet donc de limiter le gaspillage de calories internes. Le caisson n’est équipé que d’une seule vitesse.

  • La VMC double flux (la plus performante)

La VMC double flux permet de réaliser d’importantes économies de chauffage entre 10 à 20 % par rapport à une VMC simple flux. Ce système récupère la chaleur de l’air vicié extrait de la maison pour réchauffer celui venant de l’extérieur. C’est un caisson échangeur qui sert de centrale de ventilation et l’air filtré et réchauffé est renvoyé dans les pièces principales par des bouches d’insufflation. La VMC double flux est particulièrement adaptée à une habitation bien isolée mais la qualité de la mise en œuvre est primordiale à son bon fonctionnement. L’équipement et la pose sont donc plus coûteux qu’une VMC simple flux.

Quelque soit la ventilation en place ou choisie, il est important de l’entretenir pour maintenir son efficacité par un professionnel ou lorsque c’est possible par soi-même.

Les plantes vertes

Installer des plantes dépolluantes, comme le lierre, le dracéna, l’azalée, la fougère ou le ficus par exemple, améliore la qualité de l’air intérieur en absorbant le formaldéhyde, le gaz carbonique et les odeurs. Contrairement aux idées reçues, on peut d’ailleurs tout à fait dormir dans une chambre où se trouve ce type de plantes.

Les épurateurs d’air

Les purificateurs d’air peuvent avoir un réel impact bénéfique pour la qualité de l’air intérieur, à condition de mettre un appareil adapté au volume d’air de la pièce et de choisir des machines testées et éprouvées. Selon l’ANSES (Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire pour l’alimentation, la santé, l’environnement et du travail) les épurateurs d’air utilisant la filtration HEPA et charbon sont les seuls à apporter des résultats en situation réelle.

LOGO - W

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :