Petit point sur la Smart City

Le concept de “smart city” ou de “société intelligente” bien que récent, n’est pas tout à fait nouveau. Apparu au début des années 2010, à l’heure de l’avènement d’internet, les industriels sont incités à utiliser au maximum le digital pour rendre la ville la plus durable possible.

La smart city se développe, malgré quelques freins

La fin des années 2000 marque une digitalisation rapide du monde (enfin surtout les pays développés). L’Homme est majoritairement citadin et mobile. Ainsi, on compte plus de liaisons Internet mobiles que de fixes, plus d’objets connectés que de personnes connectées ou encore plus de données digitales que de données papiers.

En Europe, sur le banc des bons élèves de la smart city, on retrouve Barcelone et Amsterdam qui se montrent particulièrement actives. Il est toutefois dommage de constater qu’il n’y ait pas de réel programme européen structuré et organisé pour la recherche et l’innovation sur ce sujet.

En ce qui concerne son développement, la smart city se concentre surtout sur la mobilité, les réseaux, les bâtiments, l’énergie ou encore la santé. Le questionnement sur les données individuelles privées est certainement l’une des dernières barrières à franchire (en France surtout), puisque technologiquement, nous sommes prêts pour sa mise en application.

Par exemple, dans une maison dite intelligente ou connectée, l’habitant peut piloter la sécurité (fermeture, intrusion, surveillance), le confort (température, luminosité), la consommation d’énergie, etc. La ville intelligente reprendrait seulement cet exemple d’une entité à l’échelle d’une ville. Ainsi, la collecte des données des bâtiments 2.0 permettrait une gestion optimisée des ressources et des flux.

Il en va de même au niveau de la santé et la sécurité. Avec les bracelets connectés, il est possible de connaître le niveau de santé d’une population. Les véhicules connectés autonomes quant à eux permettraient de fludifier la mobilité en étant connectés ensemble et de garantir la sécurité des passagers en évitant les accidents.

Un potentiel important, mais des conditions à remplir

Il est certain que le domaine de la santé et de la sécurité sont encore sensibles pour beaucoup de personnes qui attendent des preuves d’efficacité d’un tel système et des garanties d’anonymat ou de confidentialité de leurs données personnelles. La crainte du Big Brother est bien présente et la smart city devra montrer pattes blanches.

En terme d’enjeux économiques, la smart city représente un potentiel très conséquent. Selon le directeur des technologies émergentes de la société Arkema, Ian Cayrefourcq, “entre les télécommunications, les composants et les applications, le marché représente quelques 100 milliards de dollars et affiche un taux de croissance supérieur à 30%. 500 milliards en 2025 semble une hypothèse communément admise.”

En effet, le développement de la smart city implique la multiplication des capteurs de données via des objets connectés divers et variés : du béton connecté à l’ampoule connectée en passant par tous les objets avec lesquels nous interagissons quotidiennement. En 2016, il existait déjà plus d’objets connectés que d’hommes sur Terre.

Il est certain que dans un futur plus proche qu’on ne le pense, il y en aura des dizaines de milliards. Cela exigera bien évidemment qu’ils soient peu coûteux, non énergivores et extrêmement petits, mais le potentiel économique qui en découle est titanesque !

cropped-logo-w.png

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :