Chauffage au bois : des solutions pour limiter les émissions ?

Plus de 7 millions de français ont opté pour le chauffage au bois. Reconnu comme plus économique et naturelle, il y a tout de même un inconvénient… En effet, la combustion du bois libère un certain nombre de polluants.

C’est d’autant plus vrai lorsqu’on utilise des appareils anciens, des foyers ouverts, ou encore des combustibles bois de mauvaise qualité. Les principaux polluants émis par le chauffage au bois sont : les particules fines PM10 et PM2.5, les HAP, les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV).

Mais chaque problème ayant au moins une solution, les appareils de chauffage au bois peuvent être de dotés de filtre spécifique. C’est le sujet de cet article qui vous présentera deux technolies différentes : les filtres catalyques et les filtres à particules ou éléctrofitres.

Les filtres catalytiques

Les appareils à combustion catalytique exploitent le phénomène naturel de la catalyse. Le principe est de forcer les gaz non brulés, lors de la première étape de combustion, à passer à travers une structure alvéolée avant d’être évacué dans le tuyau à fumée. Le revêtement de ces alvéoles avec des composants appelés catalyseurs (par exemple en cuivre) abaisse le point d’inflammation des gaz qui traversent la structure alvéolée, ce qui permet aux appareils à combustion catalytique de fonctionner à des régimes de combustion faibles tout en assurant une combustion propre. Ce système est plutôt efficace, mais le filtre doit être remplacé régulièrement de 2 à 6 ans selon les modèles.

Pour les appareils domestiques, il existe aujourd’hui des filtres catalytiques qui permettent de réduire de 80% les émissions polluantes de la combustion grâce à une réaction chimique contrôlée. Le processus d‘épuration s’active sur les fumées à une température comprise entre 180°C et 500°C. Le petit plus : les filtres catalytiques fonctionnent sans électricité.

Les filtres à particules ou éléctrofiltres (EF)

Les filtres à particules sont généralement des équipements simples qui se placent à l’extérieur des habitations sur le conduit d’évacuation des fumées. Ils fonctionnent tous avec de l’électricité sur le principe de « séparation électrostatique des particules ». Les particules fines contenues dans les fumées sont ionisées et s’agglutinent sous la forme de flocons sur la paroi intérieure du conduit. Ces filtres peuvent être utilisés avec presque tous les systèmes de combustion au bois jusqu’à 50 kW.

Bilan sur ces technologies

Pour les particuliers, les filtres à particules ou catalytiques, même s’ils permettent de réduire significativement les différentes émissions, restent relativement coûteux et sont difficilement applicables à grande échelle sans une évolution de la réglementation ou d’aides de l’état.

Ainsi, bien que ces technologies existent et que leur efficacité soit prouvée, la généralisation de ces technologies dans les foyers français n’est pas encore pour demain. Mais comme le marché est une question d’offre et de demande cela peut toujours changer à l’avenir.

LOGO - W

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :