Le chemin environnemental de l’immobilier dans la jungle des labels

Depuis 2007, les normes de la construction écologique ont bien évolués. A l’heure où la préservation du climat par des façons de vivre plus “environmental friendly” est un enjeu pour notre avenir, où en sommes-nous sur les normes environnementales de l’habitat.  >> Petit Point.

Du premier label à la norme réglementaire pour tout le bâtiment

Tout d’abord, il s’agit de savoir à quoi se référer dans la pléthore de labels, logos et sigles environnementaux en tout genre dans l’immobilier. Ce qui n’est pas toujours évident.

En France, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie, ainsi que l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. De ce fait, il était plus que nécessaire de réglementer les nouvelles constructions dans leur consommation d’énergie.

La première norme environnementale est apparue en 2007 avec le label “Bâtiment Basse Consommation” où sous son sigle BBC. Pour bénéficier de ce label, les bâtiments ne doivent pas dépasser 50kWh/an en moyenne. C’était un début.

Depuis, les exigences environnementales liées au bâtiment n’ont cessé de devenir de plus en plus importantes, et le label BBC est devenu la base réglementaire pour tous les bâtiments depuis 2013.

evolution-perf-energetique-batiments-Superimmo

Dorénavant, c’est la Réglementation Thermique 2012 (RT2012) qui fixe les exigences des normes dans l’immobilier. Elle vise notamment à optimiser la consommation énergétique des bâtiments en assurant le confort thermique tout en évitant les déperditions d’énergie. C’est également la RT2012 qui fixe les seuils de consommation d’énergie et les températures à atteindre dans le bâtiment. Toutefois, le label BBC est toujours en vigueur pour les travaux de rénovation, pour lesquels les objectifs d’efficacité énergétique récents sont plus difficiles à atteindre.

Evolution de la réglementation depuis 2013

Depuis 2013, le label BBC est remplacé par d’autres bien plus exigeants, comme les labels HPE (Haute Performance Énergétique) et THPE (Très Haute Performance Énergétique). Ces derniers visent notamment une réduction de 10 à 20% de la réglementation thermique en vigueur.

Petit à petit, on est arrivé à de nouvelles normes environnementales qui désignent à présent les bâtiments à énergie positive. Il ne s’agit plus alors de bâtiments à basse consommation, mais d’un parc immobilier qui produit lui-même sa propre énergie ! Le label E+C- est sorti en 2016 et le label BEPos (Bâtiment à Énergie Positive) en 2017. Ils préfigurent la nouvelle réglementation thermique, la RT2020, pour laquelle l’ensemble des bâtiments nouvellement construits devront être à énergie positive !

batiment-energie-positive_shutterstock_64765411
Une maison à énergie positive ©Jim Pruitt

Ces nouveaux labels, en plus de la consommation d’énergie, prennent également en compte les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment, et ce pendant toute sa durée de vie : de sa construction à sa fin de vie.

Un bâtiment à énergie positive (cf. Article – La Bâti Activ : une maison autonome et purifiante) doit donc produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Pour ce faire, ils sont équipés de dispositifs de production d’énergies renouvelables : panneaux solaires,, exposition solaire optimisée, géothermie… Ils sont également peu énergivor, avec une isolation efficace et des appareils de chauffage performant grâce à la domotique et fonctionnant grâce aux énergies renouvelables.

Les autres labels environnementaux à prendre en compte

Si les labels HPE et THPE ne mesurent que la performance énergétique des bâtiments, d’autres viennent les compléter pour prendre en compte toutes les dimensions environnementales de l’immobilier. La certification HQE notamment, ou Haute Qualité Environnementale (certification privée), mesure les objectifs à atteindre lors de la conception du bâtiment en termes d’éco-construction, d’économies d’énergies, d’eau et de déchets, de confort (thermique, acoustique…) et de qualité de l’air.

Il existe également les certifications NF Habitat et NF Habitat HQE, ainsi que le label Habitat et Environnement. Ceux-ci reprennent également les thèmes en vigueur dans la certification HQE : management responsable lors du chantier, matériaux de construction écologiques, réduction de la consommation des fluides (eau, énergies, déchets).

Pour conclure…

Cette liste, bien sûr, non exhaustive des labels et autres normes ne prend en compte que les labels les plus connus et reconnus en France. Il est important de noter qu’il y en a bien d’autres, notamment à l’international (Cf Article – La Certification WELL Building Standard)  où en cours de création. Il est parfois difficile de s’y retrouver, mais souhaitons simplement que le bâtiment devienne un secteur de plus en plus propre à l’avenir (Cf Article : Il est temps de rendre la construction plus éco-responsable).

 

LOGO - W

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :